Magaly

Je me suis toujours investie bénévolement dans des actions et des associations. L’humanitaire m’a toujours attirée mais je n’avais jamais lié ça à mon parcours professionnel.
En 2015, quand la crise migratoire s’est intensifiée, je me suis dit qu’il était impensable de ne rien faire. Ça m’a tellement touchée que je cherchais par tous les moyens à pouvoir aider. C’était intolérable de voir toutes ces personnes déplacées, qui cherchaient à survivre en tentant de s’installer dans des endroits plus sûrs pour eux et leurs familles. C’est là que j’ai commencé à chercher quelles actions bénévoles étaient possibles. J’ai commencé à suivre des associations, à contacter des gens pour savoir comment je pouvais aider. Ce n’était plus possible pour moi de vivre ma vie sans y penser, sans me demander comment faire pour lutter contre ça.

De fil en aiguille, je me suis dit que j’allais voir sur place comment aider. En 2016, je suis partie une première fois sur une ile grecque, à Chios, et j’ai travaillé avec des gens incroyables de l’association Chios Eastern Shore Response Team qui réceptionnaient des bateaux arrivant de Turquie. On leur fournissait un contact humain, leur prodiguait les premiers soins, distribuait de la nourriture, des habits…

Après mon retour en Suisse, cela a été difficile de retrouver ma « vie normale », mon quotidien et mon boulot. Mon esprit n’était toujours pas tranquille et je ne pensais qu’à ce que je pouvais faire pour continuer à aider.
J’y suis retournée en 2017 et j’ai travaillé sur plusieurs projets comme un centre de langue et un espace pour les familles.

Depuis, en Suisse, j’ai continué à rencontrer des gens, autant des personnes réfugiées que celles qui les aident. Souvent, il y avait des besoins d’aide concrète (logement, habits, etc.), mais aussi pour trouver un travail pour s’intégrer dans la société. Je me suis dit que c’est quelque chose pour laquelle je pouvais aider. Alors début 2020, j’ai ouvert la Powerhouse, un lieu qui permet de se former, de rencontrer des gens, de pouvoir avoir un espace où travailler ou étudier. Le but est de pouvoir évoluer dans son parcours professionnel.
Les personnes que l’on souhaite toucher sont surtout celles étant en rupture professionnelle ou à un moment de leur vie où la société les marginalise, les met de côté, et qui ne savent pas vers qui se tourner pour avancer. Le tout dans l’accueil et la bienveillance.
Ici, tout le monde peut trouver du soutien, mais aussi en fournir. C’est très important et ça apporte un équilibre.

Pour moi, peu importe qui sont les gens. Chacun·e mérite de pouvoir avancer dans sa vie sans se que l’on se soucie de son parcours. On n’est pas là pour juger les gens sur ce qu’ils ont fait ou non. Si on peut aider, on le fait !

Précédent:

«

Autres histoires de Vaudois·es

Dans quelle localité souhaitez-vous vous rendre ?

Card image Portrait

Maud

« Quand tu penses à l’immensité du monde, nos petits problèmes du quotidien peuvent paraître assez insignifiants. »

Morges

Card image Article

Walter

« À mon retour en Suisse, je me suis presque interdit de boire du café tellement il ne me convenait pas. Alors je me suis dit, pourquoi ne pas le faire moi-même ? »

Morges

Card image Portrait

Margaux

« L’un des challenges que j’ai au quotidien, c’est de gérer mon emploi du temps. C’est parfois compliqué de prendre le temps de tout faire, et de vivre à fond ce qu’on fait sur le moment. »

Morges

Card image Portrait

Alain - La colline sacrée

« Cette colline, elle est un peu sacrée pour moi. »

Éclépens

Card image Portrait

Camille

« S'apprêter à mettre un enfant au monde, c'est une aventure et un voyage fait de joie et de réjouissance mais aussi de questions, d'inconnu. »

Morges

Card image Portrait confiné

Romain

« Dans mon entourage, il y a des gens considérés comme à risque et ça m'effraie un peu de voir que beaucoup de gens sont dans une sorte de déni et ne réalisent pas le risque qu'ils font courir aux autres. »

Morges

Card image Portrait

Amélie

« Quand on parle de réussite, on pense souvent à l’aspect professionnel et au regard des autres, alors qu’au final les critères de notre réussite doivent être fixés par nous-même et personne d’autre. »

La Sarraz

Card image Portrait

Pierre-Antoine

« Avec le temps, certains de mes voisins ont développé une allergie au jazz manouche, du coup je viens jouer dans ce magnifique parc pour ne pas les déranger. »

Morges

Card image Article

Jean-Marc

« Le boulot ne me fait pas peur, mon moteur c’est l’adrénaline d’être toujours en mouvement et de tester de nouvelles choses. »

Cossonay

En partenariat avec :

Des nouveaux portraits inspirants, directement dans votre boîte mail !

1-2x/mois, commencez votre journée de manière inspirante en recevant directement les nouveaux portraits publiés et soyez dans les premiers·ères à partir à la rencontre des Vaudoises et Vaudois !

Nous ne transmettrons en aucun cas votre e-mail à des tiers. Vous pouvez vous dés-inscrire en tout temps en cliquant sur les liens à la fin de chaque e-mail que nous vous envoyons.